Quoi de neuf sur les forums ?
  • Bienvenue au Running Club ! Nous sommes une jeune communauté passionnée de course à pied qui cultive humour et bon esprit. Vous pouvez participer sans vous inscrire ! Mais en créant un compte vous accèderez à toutes les super fonctionnalités du forum. So, let's go ! 

récit 50miles Manchester - Liverpool

Thibault

Membre junior

Salut à tous, les amis du sporting-club! Une fois encore merci beaucoup pour vos messages et encouragements, ça fait super plaisir et ça fait partie des choses qui me font avancer pendant la course. j'ai vu que vous avez aussi suivi en direct avec le tracker gps, je ne savais pas trop comment ça marchait, apparement ça fonctionnait bien, c'est cool. S'il y a des membres du forum sur une course avec le même genre de système, n'hesitez pas à partager le lien, je serai parmi vos premiers supporters!
Voilà, je suis un peu sur mon petit nuage et très content après cette course. Comme vous le savez c'est la course pour laquelle je m'entraine depuis plusieurs mois (et à laquelle je voulais participer depuis deux ou trois ans environ). Une première pour moi sur cette distance avec tout ce que ça représente d'à la fois intéressant et super impressionnant (oui j'avoue la distance m'a fichu un peu la trouille des fois haha). Le départ de la course avait lieu vendredi à 6 heures du mat à côté d' Old trafford (le stade de Man United pour les amateurs de foot mais j'avoue qu'en foot j'y connais pas grand chose...).
Je suis donc parti jeudi en début d'après midi en train de Liverpool à Manchester, environ une heure de voyage à regarder le paysage et à me demander combien de temps ça me prendrait de faire le chemin inverse en courant. Passage à l'hotel pour poser mes affaires, puis je suis parti pour Old trafford ou je devais récuperer mon dossard et faire le kit check (verification qu'on a tous le matos obligatoire, couverture de survie, sifflet, lampe frontale, veste imperméable et trois bricoles). A ce moment là je me suis juste rendu compte que j'avais pas reservé le bon hotel. J'avais fait ça un peu vite il y a un mois environ et il se trouvait au centre de Manchester, à 5km ou environ une heure en marchant avec le gps sur le téléphone. Ce qui ne pose pas de problème pour la balade la veille de la course mais m'a un peu inquiété pour le départ à 6h du mat. J'avais juste la trouille de ne pas me réveiller à temps. ça serait quand même dommage d'avoir fait tous ces entrainements et de se réveiller à 8h du matin en ayant loupé le départ! Finalement je suis allé me coucher super tôt, j'ai mis mon réveil vers 3h30, alarme toutes le 5 minutes jusqu'à 4h sur la montre et le téléphone.
Ouf!! C'est bon, ça l'a fait, à la premiere sonnerie j'étais debout. Une bonne douche et un petit dej rapide j'étais prêt à y aller. J'ai passé une bon quart d'heure à vérifier 25 fois que je n'avais rien oublié dans la chambre, tout mon matériel est prêt, c'est le 19 avril, le jour que j'attends depuis le début de l'année comme un gamin qui compte les jours sur le calendrier avant noel ou son anniversaire. A ce moment là je suis super content et étrangement pas trop stréssé, mission du jour: courir 80 bornes pour rentrer à la maison à Liverpool, on va faire ça, tout va bien (tranquile le mec... haha).
Départ de l'hotel, petite balade en short au milieu de Manchester ôu je croise quelques fétards, joyeusement enivrés à la sortie de la boite de nuit puis je trouve un taxi direction Old Trafford. Super organisation sur place, même si ça caille serieux à cette heure matinale, on discute avec les autres coureurs, on fait connaissance, on parle de course à pied et on fait genre "tout va bien", on se rassure mutuellement, on se souhaite "bonne course". S'il faut être honnete, je pense que j'étais pas le seul à avoir un peu la trouille à ce moment là mais l'ambiance était sympa, c'était rigolo.

Le jour se leve, il fait super froid, j'ai enfilé mon coupe-vent, finalement vers 6h15 le départ est donné. La stratégie du jour, comme me le disait un copain coureur: " Start slow then slow down" (pars doucement puis ralentis). L'idée c'était de partir sur du 6minutes par kilomètres en essayant de garder ce rythme le plus longtemps possible. Au tout début ça semble très lent mais je sais que la route est longue et qu'a un moment donné ça sera beaucoup plus difficile à tenir. C'est un belle journée, grand ciel bleu à la sortie de Manchester. Je suis très content, je cours avec une grand sourire au milieu du visage. Malgré le petit nombre de coureurs (250) on est nombreux à courir à la même allure. C'est agréable, même si je ne suis pas très bavard sur une course j'aime bien courir avec un petit groupe de coureurs. J'ai souvenir de mes deux courses canalathon 50k ou j'avais couru 5h tout seul, c'est moins rigolo. Les 20 ou 30 premiers kilomètres se passent très bien, c'est ce que j'appelle une "course d'attente", il s'agit simplement de bien respecter le rythme, boire de l'eau régulièrement et un gel toute les heures environ. Après trois heures de course environ je me suis retrouvé entre deux ravitaillement, pendant une demi heure avec mes flasques d'eau à sec et la température qui s'est mise à monter, ça m'a inquiété un peu. Après des mois d'entrainement à Liverpool, dans le froid, la pluie,(et une fois la neige), voilà que le jour de la course il se met à faire chaud, je crois qu'on a eu jusqu'à 24 degrés vers midi. C'est certainement pas aussi chaud qu'à Dakar mais mois j'avoue que je suis pas habitué à courir dans ces conditions. Tout se passe plutôt pas mal.

J'ai réglé ma montre sur un écran principal qui m'affiche uniquement deux données: mon allure moyenne dans le km en cours et la distance dans ce kilomètre. De temps en temps je vais sur un deuxième écran qui m'affiche la distance totale et le temps de course total. A la fin de chaque km, il y a une petit "bib" et ça m'affiche le temps du dernier kilomètre et le kilomètrage total. En restant sur le premier écran pendant quasiment toute la course (avec l'allure dans le km en cours) ça me permet de rester mentalement focalisé sur le kilomètre que je suis en train de courir (mentalement je préfère courir comme ça, ça évite de se dire "j'ai couru 25 bornes il m'en reste plus que 56" ce qui dans un moment de moins bien pourrait me mettre un gros coup au moral...). Passage au 42 eme en 4h18 et au 50eme en 5h09, avec les 2 ou 3 minutes à chaque arrêt ravito pour remplir le flasques, jusqu'à là tout va bien.
Puis ce qui devait arriver arriva... Autour du 55 eme je passe petit à petit de 6 à 6 minutes 30 au kilomètres. Je me dis que ça me convient toujours, c'était prévu, le but maintenant c'est de ralentir le moins possible et de continuer à gérer. Au 65eme je passe à plus de 7 minutes par kilomètre, j'ai les cuisses en vrac, la course commence sérieusement à ce moment là. J'étais content d'être assez lucide. Je me dis: "ok je commence à être cramé" et en même temps pour la première fois de la course je vais compter les kilomètres qui me séparent de l'arrivée. 16 bornes c'est mon footing, balade de milieu de semaine, sortie mi-longue, aller retour entre chez moi et goodison park. Même si je mets deux fois plus de temps que d'habitude je vais le faire. A ce moment là j'ai aussi pensé au temps final.
Pendant la préparation, vu que c'était une première pour moi sur 50 miles, c'était difficile à évaluer. En discutant avec des coureurs les jours précédant la course j'avais lancé l'idée d'un "9h30" vu mon temps au 50km (même si mon but principal c'était de le finir avec un large sourire quel que soit le temps). Certains m'avaient dit que c'était possible mais que ça allait être difficile surtout pour une première sur cette distance. Ils disaient que ça serait plus sage de partir sur 10h30/11 heures. Bon, vers le 65eme, j'ai commencé à faire les calculs avec mes trois neurones encore connectés (j'étais bien fatigué quand même), même en finissant lentement le 9h30 etaient tout à fait jouables. A partir de là j'ai changé de tactique (pour éviter de m'exploser les cuisses et risquer l'abandon) je me suis mis en alternance marche/ course. J'étais pas super fiers, mais dans ces conditions ça fonctionnait pas mal. Je cours les 3 ou 4 prochaines minutes puis je marche un peu et je recommence ça encore et encore, l'idée principale c'est de toujours avancer et de ne pas s'arrêter. C'est une technique qui pour moi a bien marché et finalement marcher/courir à 7'30 du kilomètre c'est bien moins fatiguant que de courir sans arrêt à une vitesse à peu prét equivalente.
Bon les 3 derniers kilomètres, j'ai ressenti cette super émotion (que sans doute beaucoup d'entre nous ont connue quelle que soit la distance) pleine d'adrenaline et d'exitation, tout d'un coup lorsqu'on sent que la ligne d'arrivée est proche. ça c'est bon!!! (je cois que c'était à peu près aussi bon que la fin de mon premier marathon à Toulouse en 2010, un de mes meilleurs souvenirs de course) . Avec l'adrenaline et l'exitation je fais mes derniers kilomètres sans marcher, tout d'un coup les jambes ne brulent plus, je suis à fond à au moins 9km heure, waou!!! Je franchis la ligne d'arrivée, dans une super ambiance avec pas mal de spectateurs qui crient, applaudissent en encouragent sur les derniers mètres (près de 3heures après l'arrivée des premiers c'est super sympa) et rejoint mon pote David, un super copain qui est venu m'encourager (le gars sur la photo avec moi), je reçoit ma medaille et on boit une bonne bière (et celle-la elle etait vraiment bonne). Je suis resté une bonne heure, assis dans l'herbe à côté de la ligne d'arrivée, à apprecier le moment, discuter avec les gens et encourager aussi fort que possible tous les coureurs que je pouvais voir arriver juste après moi.

Voilà les amis. C'était mon expérience, comment j'ai vaicu mon premier 50 miler. Il y aurait encore beaucoup de choses à dire, notamment sur l'organisation, la course n'était pas donnée, environ 80 livres ou 100 euros le dossard mais ça les valait vraiment. On a été chouchouté tout le long, depuis la remise des dossards la veille de la course jusqu'à l'arrivée. Les ravitos étaient vraiment supers (et c'est très important sur ce genre de distance) avec des bénévoles super sympas à chaque fois qui prennaient bien soin de nous, nous remplissaient les flasques d'eau, nous proposait à boire et à manger et aidaient les concurrents en difficultés. On a eu une jolie médaille et un tee shirt (c'est pas le plus important mais c'est sympa). Je m'étais lancé mon petit mon petit défi perso (sans le crier sur tous les toits, on sait jamais haha): chopper une medaille d'or (on a tous eu une grosse medaille, or pour les 100 premiers, argent 101-200 et bronze 201eme à 250)et finir en moin de 9h30, missions accomplies! Je suis bien loin des premiers, je crois qu'il finissent autour de 6h30, d'autre arriveront juste avant la barrière horaire des 14h, mais tout le monde s'est donné à fond et a fait de son mieux, son exploit personnel et c'est là je pense la beauté de notre sport.
Pour finir je dirais qu'on a chacun des défis, des courses différentes qui nous impressionnent ou nous font rêver, ça sera pour certains un 10km, un marathon, l'utmb ou le marathon des sables (ou une course que personne ne connait comme dans mon cas Manchester to Liverpool...).Certaines distances qui nous semblent impossibles ou pour lesquelles on se sent totalement incapables (et c'était mon cas il y a encore quelques mois), Si vous aussi, vous avez en tête ce genre de course, allez-y! ça vaut le coup!
 

Pièces jointes

Dernière modification par un modérateur:

Vincent

Membre junior
Salut Thibault, tout d’abord bravo pour cette course assez exceptionnelle que tu as "maitrisé" de bout en bout. Même si tu as eu quelques moments difficiles tu les a gérés efficacement et c’est assez impressionnant. Vraiment bravo à toi !

J’aimerais bien savoir comment tu te sens 2 jours après ces 83 km : courbatures ? douleurs articulaires ? Est-ce que tu as mesuré ta perte de poids après la course ?
Maintenant comment prévois-tu ta récupération ? Tu penses rechausser les running bientôt pour un décrassage ou tu te laisses quelques jours, semaines avant de recourir un peu ?
Désolé pour toutes ces questions mais ça m’intéresse de connaître l’après-course :)
Repose toi bien et à bientôt
 

Thibault

Membre junior
J’aimerais bien savoir comment tu te sens 2 jours après ces 83 km : courbatures ? douleurs articulaires ? Est-ce que tu as mesuré ta perte de poids après la course ?
Maintenant comment prévois-tu ta récupération ? Tu penses rechausser les running bientôt pour un décrassage ou tu te laisses quelques jours, semaines avant de recourir un peu ?
Désolé pour toutes ces questions mais ça m’intéresse de connaître l’après-course :)
Repose toi bien et à bientôt
Merci beaucoup! Et il n'y a pas à être désolé, ça faisait partie des choses que je voulais aborder mais j'avais déjà fait un texte assez long ce matin, j'ai pensé que si ça intéresse quelqu'un ça me ferait plaisir de revenir un peu plus sur tout ça (et désolé si j'ai tendance à écrire des pavés, si vous courez des courses aussi je serai content de lire le votre avec vos sensations de course).

Vendredi j'ai fini la course vers 16h et suis rentré chez moi vers 17 heures. Très content mais epuisé, je me suis écroulé de fatigue et endormi vers 20 heures, pour me réveiller vers 6 heures du matin environ. C'est assez bizarre mais le fait de me révéiller super tôt vendredi (entre 3 et 4 heures du mat)et de courir toute la journée, on perd un peu la notion du temps. ça m'a fait un peu une sensation de jet lag, ou décallage horaire quand on voyage.
Pour la perte de poids, je suis passé de 87.2kg le 15 avril (mon poids normal avant la recharge glucidique) à 82.8kg le lendemain de la course, (toujours pour 1 mètre 96, ça heureusement ça n'a pas changé... haha). Disons que ça ne m'a pas inquiété mais que c'est quand même la première fois que ma balance voit ce poids depuis mes 25 ans (il y a une dizaine d'année) et que c'est certainement la première fois que je perds autant de poids sur une course. Après, ce n'est surement pas recommandé mais j'avais un faim terrible et je me suis fait plaisir, je me suis envoyé deux grosses pizzas "quatre fromages" au petit dej Samedi (c'est mon petit péché mignon...)et j'ai repris une alimentation normale à partir de samedi midi. Le poids va probablement gentillement retourner à la normale autour de 87kg dans les jours qui viennent, il était autour des 84 ce matin.

Pour ce qui concerne les douleurs et courbatures, samedi (le lendemain de la course), en gros j'ai ressenti une grosse fatigue générale. Tant que je reste dans mon canapé, pas de problème mais dès que je me levais pour faire quelques pas ça piquait un peu de partout, des orteils aux cuisses en passant les mollets. J'ai eu des sortes de crampes dans les pieds, quand ça prend c'est assez violent, j'aime pas du tout. Point de vue articulaire, encore une fois pour moi c'était une première, toute la journée d'hier j'avais des douleur à la hanche dès que je marchais mais aujourd'hui ça s'est estompé.
Globalement, deux jour après la course, je pense que je récupère beaucoup mieux que prévu. quand je marche un peu (ça s'est limité à pas grand chose hier et aujourd'hui) mes pieds, mes mollets et mes cuissent me font comprendre qu'ils sont fatigués. ça pique un peu partout mais il n'y a rien de méchant (pas de grosse douleur intense) et pas de blessure. Dans quelques jours tout devrait revenir à la normale.

Je marche lentement, un peu comme un petit vieux. Mon colocataire m'a surnommé John Wayne, apparemment j'ai une démarche de cowboy haha, mais ça m'inquiète pas trop, tout va rapidement rentrer dans l'ordre et je sens que ça va déjà beaucoup mieux qu'hier.

Pour la récup et la reprise, disons que je fais partie des gens un peu accro à la course à pied et je suis très impatient d'y retourner, ne serait-ce que pour faire tourner les jambes un petit peu. J'y ai pensé cet après midi en voyant le beau soleil sur liverpool, je serai bien allé faire un petit footing sur les docks mais je me suis dit que vues les sensations quand je marche aujourd'hui, c'était un peu prématuré et que je risquais surtout de me faire mal (clairement ça aurait été stupide d'y aller). Selon comment je me sens j'irai surement faire un petit footing 20 minutes demain ou après demain, à un rythme super tranquille, juste histoire de prendre l'air. Après je fonctionne vraiment au feeling, l'idée c'est de vraiment écouter les sensations et me remettre à courir progressivement. Si les jambes vont bien je remettrai ça deux ou trois jours plus tard, une petite demi heure, toujours trés lentement. ça va être comme ça très calme pour j'espère revenir en pleine forme, à 100 pour 100 de mes moyens d'ici trois semaines environ (c'est le temps que ça m'a pris en général après mes marathons ou mes deux 50km).
A ce moment là seulement je me ferai des sorties d'une heure en accélérant un petit peu de temps en temps. Si tout se passe bien j'espère revenir progressivement à mon entrainement habituel, entre 4 et 5 sorties par semaines (entre 45 minutes et 1h30 environ) vers la fin du mois de mai. A ce moment là je pense que je déciderai de mon prochain objectif de course, peut-être un semi ou un marathon cet automne. Mes deux records persos pour ces distances commencent à sérieusement dater (les deux réalisés en 2011). ça me ferait plaisir d'aller les attaquer et la prépa pour ces courses va probablement m'occuper et me motiver pour aller courir cet été.
 

Bap's

Membre junior
je me suis mis en alternance marche/ course. J'étais pas super fiers, mais dans ces conditions ça fonctionnait pas mal. Je cours les 3 ou 4 prochaines minutes puis je marche un peu et je recommence ça encore et encore, l'idée principale c'est de toujours avancer et de ne pas s'arrêter. C'est une technique qui pour moi a bien marché et finalement marcher/courir à 7'30 du kilomètre c'est bien moins fatiguant que de courir sans arrêt à une vitesse à peu prét equivalente.
C’est vrai que c’est pas toujours facile de marcher lors d’une course, en tout cas pour ma part j’ai l’impression de trahir un peu la course, pas de tricher mais de ne pas faire les choses bien comme il faut. Mais c’est idiot et il faut dépasser ce ressentiment un peu étrange mais faux en vérité.
C’est plus intelligent de faite un peu de walk & run plutôt que finir complètement sur les rotules ou ne pas finir du tout.

C’est finement joué Thibault, à l’expérience !
 

Aline

Membre junior
Je franchis la ligne d'arrivée, dans une super ambiance avec pas mal de spectateurs qui crient, applaudissent en encouragent sur les derniers mètres (près de 3heures après l'arrivée des premiers c'est super sympa) et rejoint mon pote David, un super copain qui est venu m'encourager (le gars sur la photo avec moi), je reçoit ma medaille et on boit une bonne bière (et celle-la elle etait vraiment bonne)
On s’y croirait ! :love:
 

Vincent

Membre junior
Merci @Thibault pour toutes ces infos d’après-course, donc je pense qu’il faut une petite semaine pour récupérer d’une aussi longue course. Bien sûr tout dépend du niveau de forme et de l’état physiologique de chacun.

Est-ce que tu as pensé à faire des massages ou même était-ce proposé par l’organisation à l’arrivée ? Comme ça se fait sur certain ultra-trail.
Je vois que tu as couru un petit 4km ce matin. Tranquille ?
 

Aloha

Membre junior
Rien que la médaille ça donne envie de courir 80 kilomètres ! Elle est superbe, ils gèrent les UK !
A ta place je courrais encore ce 50 miles l’année prochaine en tachant de finir 150e puis l’année d’après 220e comme ça tu aurais la collection complète !
🥇🥈🥉

Sinon c’était supe de voir ta progression avec le site de tracking, et maintenant de lire tes impressions aux différents kilomètres ça nous entraine dans la course.
 

Thibault

Membre junior
@Vincent Il y aurait beaucoup de choses à dire. Tout dépend ce qu'on appelle récupérer. Si c'est marcher convenablement, c'est bon maintenant apres 3 jours. Pour ne plus me sentir fatigué, si je dors correctement (un peu plus que d'habitude) et que je mange pas n'importe quoi, ça devrait être bon d'ici la fin de la semaine. SI récupérer c'est avoir des jambes toutes fraiches et en pleine forme, sans aucune douleur exactement comme avant la course, ça va me prendre surement de trois semaine à un mois.

Je vois que tu as couru un petit 4km ce matin. Tranquille ?
(comment tu sais? c'est sur strava? il y a un espion quelque part sur les docks de Liverpool?? haha)

Je suis effectivement aller courir ce matin, une petite demi heure, un peu moins de 5km. Soit trois jours après la course, avec deux jours de repos complet. Les sensations étaient bonnes. Même si les cuisses et les mollets me font sentir qu'ils sont encore fatigués, il n'y a aucune douleur aigue nullepart. C'est rassurant pour la suite et en quelques sortes ce que je voulais vérifier. A mon petit rythme de joggueur pépère, j'aurais pu continuer plus longtemps mais ça n'a, à mon avis, aucun intéret. L'idée c'est d'y aller le plus progressivement possible pour revenir à mon entrainenement habituel, tout en donnant le temps aux jambes de bien récupérer. Il faisait un grand soleil sur les docks, je me suis régalé.

tout dépend du niveau de forme et de l’état physiologique de chacun.
Je pense que c'est important, la récupération c'est quelque chose de très personnel et variable selon les individus.
Il faut se méfier des programmes trop généralistes. Quelqu'un qui dirait par exemple "pour un 10km c'est deux jours de récup, un semi c'est 5 jours et un marathon c'est 10 jours", dirait une grosse anerie. Je suis très loin du niveau des leaders (quelle que soit la distance) mais ça fait une dizaine d'année que je cours régulièrement, donc j'ai à mon modeste niveau, un peu d'expérience. Je pense que ce qui est important c'est le nombre d'années de pratique de la course et le nombre d'entrainements moyen par semaine. Plus vos jambes sont habituées à l'effort plus en encaisseront et récupéreront vite.

En gros je pense qu'aujourd'hui je pouvais aller faire mon petit footing aux sensations, sans risquer grand chose, à condition de ne pas être imbécile et de ne pas forcer ou essayer d'accélérer (même en ayant couru plus de 9h il y a trois jours). Ceci parce que je m'entraine depuis longtemps 4 à 5 fois par semaine avec un kilométrage conséquent.
A l'inverse, ayant commencé à courir au début de l'année 2010, j'ai pris 10 jours et 14 jours d'arrêt complet à la suite de mes marathons en octobre 2010 et 2011. Je pense que c'était nécessaire à ce moment là pour laisser le temps aux jambes de pleinement récupérer. Et je suis content de l'avoir fait.
Enfin une chose importante c'est de bien écouter et analiser ses sensations et ne pas hesiter à arrêter plus tôt que prévu s'il y a un mauvais signe. En phase de récup, il vaut mieux, à mon avis, toujours en faire moins que trop.

Est-ce que tu as pensé à faire des massages ou même était-ce proposé par l’organisation à l’arrivée ? Comme ça se fait sur certain ultra-trail.
Tout d'abord, je ne suis pas kiné, ni docteur ni scientique et je connais assez peu ce sujet. Ce qui suit n'engage que moi et je ne suis pas du tout sûr de la vérité scientifique du truc mais ça me semble plutôt logique( si quelqu'un s'y connait un peu plus sur le sujet je serai content de vous lire). En fait il semblerait que les sorties longues et courses, types marathon ou au delà provoque des micro blessures (j'ai lu le terme de micro fissures aussi) au niveau musculaire par la répétition des miliers de chocs, foulée après foulée. Du coup immédiatement après la course, le muscle est en quelque sorte bléssé et tous massages ou étirements à ce moment là ne ferait qu'agraver le problème (et retarder la phase de récupération). Personnellement je ne fais pas de massages ou étirement après une course. Ce n'est que dans quelques jours que j'utiliserai mes rouleaux en mousse et barre de massage pour les cuisses et les mollets. Je développerai un peu plus sujet dans quelques jours si ça intéresse quelqu'un.
 

Amir

Nouveau membre
Est-ce que tu as pensé à faire des massages ou même était-ce proposé par l’organisation à l’arrivée ? Comme ça se fait sur certain ultra-trail.
Bonsoir Vincent, je ne crois pas que cela soit proposé sur des courses les massages comme le dit Thibault cela aggraverait les micro-déchirures des fibres musculaires qui ne sont pas dues aux chocs mais aux séries de flexions-extensions des groupes musculaires.
En général il y a des podologues sur les trails longues distances comme le MDS par exemple peut-être pensais-tu à ça ?
 

Yanno

Membre junior
Et ben !! Je m’absente quelques jours et on court des 80 km ? :oops:
Bravo Thibault pour tant de détermination, j’aimerais en faire autant sur de longues distances mais chaque chose en son temps, d’abord 23km et après qui sait ? Félicitations pour la médaille d’or et bonne récupération.
 

Alain

Membre junior
@Thibault Quel est le prochain objectif ? L’Ultra-trail ça te branche pas ? En Angleterre il y en a quelques uns d’organisés non ? Surtout avec le "beau" temps qui pointe le bout de son nez...
 

Thibault

Membre junior
@Alain
Je n'ai pas vraiment d'objectif précis pour l'instant. Personnellement à la base je suis plus adepte des courses sur route. J'ai participé à 6marathon entre 2010 et 2015 et quelques semi et 10k. Depuis j'ai fait trois ultras (distance supérieure à 42km) avec deux 50k et un 80km. Techniquement, sur le papier, sur les inscriptions ils appellent ça un trail (en anglais ça veut dire sentier) mais en pratique c'était des revetements durs (type chemin de terre, bords de canaux) et rien de vraiment technique (pas de cailloux, rochers, racines d'arbres "casse-pattes" etc) et ressemblait donc beaucoup à de la course sur route. Personnellement c'est possible que dans le futur je me lance sur une plus longue distance (autours des 100 miles ou 160km) qui est la distance standard des plus beaux ultra-trail. Même s'il n'y en a pas autant que dans les alpes ou les pyrennées, il y en a quelques uns en Angleterre (notamment dans le Peak district vers Manchester) et au Pays de Galles (Mont Snowdon), c'est pas très loin de chez moi. Peut être l'année prochaine.

Ce qui me bloque un peu pour l'instant c'est que je me dis que sur ces courses, (qui durent vraiment très longtemps et nécessitent pas mal d'organisation) la plus-part des coureurs qui s'en sortent sont accompagnés d'une équipe d'assistance. Que ce soit le ou la chérie, la famille, ou un bon pote, qui gère le ravitaillement, l'alimentation, les vétements de rechange, le matériel (et trouve les bon mots pour remonter le moral en cas de "moins bien")...En gros c'est possible de le faire tout seul mais il faut être très costaud (physiquement et mentalement)et super bien organisé si on veut finir ce genre de course en bon état. Pour l'instant je suis célibataire, ma famille vit dans le sud de la France et même si j'ai quelques bons amis je ne me vois pas demander ça à l'un d'entre eux. Pour les prochains mois j'aimerais bien revenir essayer d'accrocher mon record perso (qui date de 2011...) soit sur un semi soit sur un marathon. Je me lancerai donc dans cet objectif soit à l'automne cette année, soit au prinptemps 2020. Entre temps je participerai sans doute à d'autres courses. J'ai vu que @Nicolas et @Yanno préparaient des courses. C'est super, ça fait plaisir de suivre ça, je pense qu'on devrait lancer un fil sur le forum ou chacun inscrirait les courses en projet, ça pourrait être sympa.

De mon côté mon prochain dossard ça sera sur le marathon de Liverpool, le 26 mai prochain. J'ai fait un truc que je déconseille clairement (faites ce que je dis, pas ce que je fais...) je me suis inscrit pour ce marathon et ai acheté mon dossard hier. Vu que j'ai couru mon 80km il y a 10 jours et que je n'ai pas le temps de faire une prépa spécifique, je ne vais pas tenter d'accrocher mon record perso et j'en serai probablement très loin. je vais le faire à un rythme aussi tranquile possible et essayer de le finir en pas trop mauvais état en prenant le maximum de plaisir. L'idée c'est que c'est une course à laquelle j'ai participé en 2015, que j'ai beaucoup aimée et que je regarde depuis passer sous mes fenêtres chaque année en me disant que c'est stupide, que j'aimerais bien être en train de la courir. Donc cette année je vais participer à la fête, essayer d'encourager tous les coureurs autour de moi. Un de mes amis de Liverpool y coura son premier marathon, selon le tempo sur lequel il part, on devrait faire le début de la course ensemble ensuite on verra. On se retrouvera pour une bonne bière avec les amis après l'arrivée.

Enfin @Alain en ce qui concerne l'ultra trail, j'ai beaucoup de respect pour les coureurs de montagnes mais je crois que même si j'aime bien courir longtemps j'aime pas trop quand ça monte ni quand ça descend haha. ça limite donc pas mal le choix pour les courses, chacun prend son plaisir ôu il le trouve.
 
Haut